© 2007 - 2019 tourist-informator.info. all rights reserved
RECHERCHER recherche avancée Réservation
uncover map ▼

Bucarest
Recommandé


 
+ add to planner
hébergement
gastronomie
services
attraction
événements

Informations generales - Bucarest

Informations générales sur le département Ilfov et de Bucarest
 
 
Courte histoire de la ville de Bucarest
Il y a des preuves de l’époque du paléolithique qui attestent l’existence de l’homme sur les rives de la Colentine et de la Dâmboviţa. Dans le néolithique les habitations de type "bicoque creusées sous terre" sont remplacées par des maisons en bois et en argile. Le 20 septembre 1459 Vlad Ţepes , prince régnant de la Valachie, parle pour la première fois du nom de Bucarest dans un document qui renforce la proprieté des boyars (nobles) .
Le 14 octobre 1465 : Radu cel Frumos (Radu le Bel) décide que Bucarest soit une des résidences royales de la Valachie.
En 1659 : A l’époque de Gheorghe Ghica, Bucarest devient la capitale de la Valachie.
En 1694 : Est fondée L’ Académie Royale de Sf. Sava, qui est la première école supérieure de la Valachie.
En 1859 : Après l’union des deux principautés, au mois de février Al. I. Cuza occupe Bucarest, qui devient la capitale des deux principautés unies. Le roi établit la résidence dans le Palais du Podul Mogosoaiei .
1935-1936 : Est élevé l’Arc de Triomphe en béton armé et en granit, initialement construit en bois et en stuc en 1922. Le monument (haut de 27 m) est dédié à la victoire des armées roumaines dans la première guerre mondiale.
En 1970 : A 17 km de Bucarest est inauguré l’Aéroport International Otopeni.
En 1994 : La mairie de la ville de Bucarest se forge un nouvel emblème.
En 1998 : La surface de la capitale – 228 km2, la population – 2.029.899 d’habitants.
 
Position géographique
 
Bucarest se trouve dans le Midi du pays, au centre de la Plaine Roumaine, à une altitude de 70-80 m, à ca. 60 km du Danube, à 100 km de la chaîne Carpathique et à 250 km distance de la Mer Noire, au croisement du parallèle 44° 26’ latitude Nord avec le méridien 26° 06’ longitude Est.
 
Voisins
La ville de Bucarest est entourée par le département Ilfov.
 
Surface
228 km².
 
Population
Plus de 2.000.000 habitants.
 
Villes
Bucarest est la capitale de la Roumanie, la première des villes du pays selon la dimension et l’importance politique, économique, financière-bancaire, commerciale, culturelle-scientifique, touristique.Elle est l’une des grandes villes du monde, située à la même altitude que Genova, Bordeaux, Minneapolis, encadrée par un collier de lacs, décorée par des tilleuls et des acacias, gardée par des peupliers, elle fut la vieille cité résidencielle du pays. Administrativement elle comprend six secteurs.
 
Le relief
Elle se trouve dans une plaine (à l’altitude de 60 m) fragmentée par des vallées en terrasses, couvertes de sédiments de loess. La plaine est légérement inclinée vers Nord-Ouest et Sud-Est, entrecoupée par les vallées peu profondes de la Dâmboviţa et de la Colentine. On y voit des saulaies larges et jeunes, où se trouvait autrefois la fameuse forêt de la Vlasiei.
 
Le climat
Le climat est continental-tempéré, avec des nuances excessives. La température moyenne annuelle étant de 10 à 11 °C. Dans le Midi de la plaine les vents soufflent de l’Est et de l’Ouest, tandis qu’au Nord les vents soufflent du Nord-Est. Parfois en été il fait trés chaud, les températures sont entre 35 et 40 °C, la température moyenne en juillet est de 23 °C. D’habitude en hiver il fait très froid, il y a de la neige,  avec des orages parfois, la température moyenne en janvier est de -3 °C.
 
Les cours d’eau
La ville est traversée par la rivière Dâmboviţa (sur 24 km) et son affluent la Colentine (dans le Nord de la ville, sur 33 km), faisant des méandres. Ces deux rivières ont des cours parallèles, elles coulent  du Nord-Ouest vers Sud-Est. Dans la ville il y a des lacs pittoresques aménagés comme points d’attraction et d’agrément : Băneasa, Herăstrău, Floreasca, Tei, Chitila, Mogoşoaia, Fundeni, Pantelimon.
 
Les attractions touristiques
 
Les vestiges historiques
La Vieille Cour représente les traces d’un centre politique et administratif important de la Valachie, ce sont les plus significatives constructions médievales (XV-XVIIIième siècles) de toute l’étendue de la ville d’aujourd’hui.
 
Le Château-fort édifié à l’époque de Vlad Ţepes (beaucoup plus fort et plus grand que la construction antérieure) a combiné les fonctions d’une forteresse avec celles d’un refuge de la Cour. Là, se trouve un musée en plein air, où l’on peut voir les grandes caves, les colonnes de la salle de Conseils.
 
La nouvelle Cour  (ou La Cour Brûlée) construite par Alexandru Ipsilanti en 1776, gravement détériorée par des tremblements de terre et des incendies. Actuellement on peut voir seulement une partie des murs et des caves.
 
L’Hôpital Coltea, est le premier hôpital construit par le connétable Mihai Cantacuzino en 1704. L’édifice actuel a été construit en 1888 et représente l’un des chefs d’oeuvre architecturaux de Bucarest de la fin du XIXe siècle.
 
La maison Melik (1760), l’édifice civil le plus vieux de Bucarest, conservé dans sa forme originale, qui en1820 appartenait à la famille Melik. Actuellement elle abrite le Musée Ť Th. Pallady ť.
 
Manuc's Inn it was built by the great merchant Manuc-bey, in the first decade of the 19th century. Nowadays, one of the most important historical and architectural monuments in Bucharest.
 
L’Auberge de Manuc construit par le grand marchant Manuc-bei dans la première décennie du XIXe siècle. Actuellement il est l’un des plus importants monuments historiques et architecturaux de la Capitale.
 
Le Palais Ghică (1822) élevé par le prince régnant Grigore Dimitrie Ghică est un édifice imposant, il est le monument représentatif du style neoclassique de la Valachie.
 
Le Palais Ştirbei (1835) construit en style néoclassique d’après les plans de l’architecte français Sanjouand, il est un édifice souple et élégant, avec des éléments grecs. Le palais appartenait à la famille princière Ştirbei. A présent là se trouve la Musée de la céramique et de la verrerie.
 
Le Palais Şuţu (1833-1834) construit en style néogothique avec des éléments romantiques, a appartenu au grand maréchal Costache Grigore Şuţu et a été le palais le plus fréquenté au XIXe siècle. A présent il abrite le Musée d’histoire et d’art.
 
Palais de l’Université (1857-1869) construit d’après les plans de l’architecte Al. Orăşcu, l’extérieur fut décoré par K. Storck, où fonctionne aujourd’hui la plus ancienne université de Bucarest.
 
Le Palais Cotroceni (1893) construit d’après les plans de l’architecte français Paul Gottereau, il fut la résidence permanente du prince Ferdinand. Il est situé au milieu d’un jardin merveilleux et comprend des éléments d’architecture roumaine. Actuellement il sert comme résidence au Président du pays.
 
Palais de la Justice (1890-1895) fut construit dans le style de la renaissance française d’après les plans de l’architecte A. Bollu et fut terminé par Ion Mincu. Les statues qui marquent l’entrée sont les oeuvres de K. Storck et symbolisent la Loi, la Justesse, la Justice, la Vérité, la Force, la Prudence.
 
Le palais Cantacuzino (1898-1900), en style baroque français, à l’intérieur richement décoré par des peintures. Aujourd’hui il abrite le Musée George Enescu.
 
Le palais du Parlement (La Maison du Peuple, 1984-1989) est la plus grandiose construction administrative en Europe, elle inclue des centaines de bureaux, des disaines de salons de récéption qui servent à des manifestations scientifiques, culturelles, socio-politiques, des disaines de salles de conférences. La surface intérieure est de 265 000 m2. Elle occupe la deuxième place comme grandeur après le Pentagon de Washington, et la troisième place de point de vue du volume, après le bâtiment de la Cape Canaveral (Etats Unis) dans lequel sont montés les fusées cosmiques, et après la pyramide de Quetzalcoatl du Mexique.
 
Edifices ecclésiastiques
Le complexe de la Patriarchie, construction de grandes dimensions, élevée entre 1656-1658 par le prince régnant Constantin Şerban Basarab, et terminée au temps de Radu Leon (1664-1669), quand elle est devenue le siège de l’Eglise Orthodoxe. Elle ressemble beaucoup à l’Eglise de l’Evêché de Curtea de Argeş, avec la différence que celle-ci est plus grande et sa gallérie extérieure est largement ouverte.
 
 
L’Eglise "Curtea Veche" (Vieille Cour), un des plus valeureux exemples de l’architecture religieuse de l’époque féodale, le plus ancien de Bucarest gardé dans sa forme initiale. Cette église avait été bâtie entre 1545-1547 par le prince régnant Mircea Ciobanul, elle était alors la chapelle de la Cour. On peut voir encore quelques fresques du temps de Stefan Cantacuzino qui a entrepris des travaux de restauration aussi. Elle est déclarée monument historique.
 
L’église "Mărcuţa Veche", monument historique (1586-1587). Elle présente des détails de structure et de décoration trés intéressants. Elle garde à l’intérieur quelques fragments de peintures provenants du XVIe siècle.
 
 
Le monastère "Mihai Vodă" (1589-1591) fut bâti par le grand Voïvod Mihai Viteazul, à la place d’une ancienne église. Le monastère a été entouré par une grande muraille de forteresse et par des maisons seigneuriales qui ont servi plus tard comme résidence pour les princes fanariotes. L’ensemble actuel comprend : l’église (monument historique et architectural), le Palais des Archives de l’Etat et le Clocher.
 
Le monastère Radu Vodă (1568) a été fondé par Alexandru, le fils de Mircea Ciobanul. Il a été incendié par les Turcs qui se retiraient après la victoire de Mihai Viteazul. Il a été restauré au temps du règne de Radu Mihnea. Dans ce monastère on peut admirer des peintures de Gheorghe Tăttărescu. Il est un important monument de la capitale surtout a cause de son histoire mouvementée et sa valeur artistique.
 
Le monastère Plumbuita: les travaux de construction ont commencé pendant le règne de Petru Vodă cel Tânăr (1559-1568) et ont fini au temps de Mihnea Turcitul. L’ensemble comprend : l’église, le clocher, les cellules et la maison seigeuriale, aujourd’hui musée avec des objets d’art religieux ayant à l’intérieur des peintures originales.
 
Le monastère Fundenii Doamnei édifice ré alisé par la volonté du connétable Mihai Cantacuzino, terminé en 1699. Il garde la peinture réalisée par Pârvu Mutu, le peintre renommé de l’époque Brâncoveanu. Les façades de l’église sont ornées entièrement par des motifs orientaux semblables à des miniatures persanes.
 
Le monastère Antim (1714-1715) a été fondé par le métropolyte d’origine géorgienne Antim Ivireanu, une des grandes personnalités culturelles pendant le règne de Constantin Brâncoveanu. Il est l’un des plus beaux monuments d’architecture de Bucarest qui, grâce à sa décoration splendide est représentatif pour le style Brancovain. K. Storck a enrichi son intérieur par des sculptures en bois.
 
L’Eglise Kretzulescu (1720-1722), ce monument est une synthèse de l’architecture en style Brancovain, élevé par le grand chancelier Iordache Kretzulescu et sa femme Safta, une des filles de Constantin Brâncoveanu. La peinture murale intérieure a été réalisée par Gheorghe Tăttărescu. (1859-1860)
 
L’Eglise Stavropoleos (1724-1730) a été construite par l’archimandrite grec Ioanichie et d’Etienne, a un riche ornement surtout dans la galérie extérieure, et impressionne par la souplesse de la peinture décorative.
 
L’Eglise Sfântu Gheorghe Nou (Saint Georges, le Nouveau) est la plus grande fondation de Constantin Brâncoveanu de la fin du XVIIe siècle détruite par un incendie et reconstruite entre 1852-1853.
 
L’Eglise Doamnei, élevée par la princesse Maria et son marie Şerban Cantacuzino en 1683, les peintures murales datent du XVIIe siècle.
 
L’Eglise Colţea, élevée par le connétable Cantacuzino entre 1701-1702 avec des ornements très riches spécifiques du style Brancovain. Les fresques ont été réalisées par Gheorghe Tăttărescu.
 
L’Eglise Dintr-o zi, un monument historique et d’architecture, construite en 1702.
 
L’Eglise Negustori (1725-1726) avec des fragments des peintures originales executées par Pârvu Mutu et la peinture réalisée par Gheorghe Tăttărescu.
 
L’Eglise Icoanei (1745-1750) est un monument historique, la peinture à l’huile a été réalisée par Gheorghe Tăttărescu.
 
Edifices de la culture
L’Athénée Roumain est un des bâtiments représentatifs de la capitale, bâti entre 1886-1888 d’après les plans de l’architecte français Albert Galleron. Les sommes nécessaires pour sa construction ont été collectées par contribution publique. L’architecture extérieure rassemble plusieurs styles : néoclassique, baroque, ionique.
 
Le Théâtre National un bâtiment imposant construit entre 1967-1970 d’après les projets d’un collectif d’architectes coordonnés par Horia Maicu, Romeo Stefan et N. Cucu.
 
 
L’Opéra National (1953) construit d’après les plans de l’architecte Octave Doicescu.
 
Le Musée National d’Histoire de la Roumanie, est le plus grand du pays et constitue une vraie fresque de l’évolution historique dans l’espace roumain et détient plus de 50.000 pièces de grande valeur qui présentent le développement de la société sur le territoire roumain des temps anciens jusq’à nos jours. Par la richesse inestimable et par la diversité des objets exposés, il attire des milliers de touristes.
 
Le Musée National de l’Art de la Roumanie comprend plus de 70.000 pièces exposées dans la section d’art roumain (féodal, moderne et contemporain) et dans la section d’art universel (européen et oriental). On peut admirer les oeuvres des artistes comme : Gheorghe Tăttărescu, Theodor Aman, Nicolae Grigorescu, Ştefan Luchian, Theodor Pallady, Nicolae Tonitza, Constantin Brâncuşi, D. Paciurea, I. Jalea, Antonello de Messina, Rembrandt, Rubens, Delacroix, Renoir, Monet.
 
Le Musée du Village une des plus intéressants parcs ethnographiques en plein air du monde, fondé en 1936 par Dimitrie Gusti. Le musée est une illustration de l’originalité et de la diversité surprenantes de l’art rustique. Les maisons et les bâtiments des cours paysannes sont exposés selon les zones ethnographiques d’où ils proviennt.
 
Le Musée d’Histoire Naturelle "Grigore Antipa" est le plus grand en ce genre et le plus ancien des pays danubiens. Il constitue un trésor de l’univers vivant et détient plus de 300.000 de pièces exposées,dont  la collection de papillons est la plus riche de l’Europe.
 
Le Musée d’Histoire et d’Art de la ville de Bucarest  se trouve dans le palais Şuţu. Plus de 150.000 pièces exposées présentent l’histoire de Bucarest à partir du néolythique jusq’à nos jours.
 
Le Musée Militaire Central détient un patrimoine historique militaire inestimable, organisé en 32 collections (des armes, des documents, des tableaux, des uniformes, des drapeaux, des médailles). Les objets exposés offrent une image impressionante de l’histoire glorieuse de l’Armée Roumaine.
 
Le Musée de la Littérature Roumaine possède une collection très précieuse de manuscrits, documents, vieux livres, éditions princeps. Les objets exposés offrent une image éloquante du développement de la littérature roumaine et soulignent sa liaison profonde avec la vie et les aspirations du peuple.
 
 
Le Musée "Theodor Aman" : on y voit la plupart des oeuvres de l’artiste, peintures, gravures. Dans les neuf chambres on peut suivre les étapes de la vie et le la création de l’artiste (1831-1891). Le musée est organisé dans la maison où a vécu le peintre et qu’il a décorée lui-même.
 
Le Musée Mémorial George Enescu  se trouve dans le palais Cantacuzino, est l’endroit où a créé le grand musicien, fondateur de l’école musicale roumaine. Personnalité avec des talents multiples, George Enescu (1881-1955) s’est fait remarqué  dans le domaine de la création et de l’interprétation.
 
Le Musée Mémorial Gheorghe Tăttărescu est organisé dans la maison où a vécu et a créé le peintre pendant plus de trois décennies. Gheorghe Tăttărescu (1820-1894) est l’un des fondateurs de l’enseignement artistique en Roumanie. Il se remarque surtout dans l’art des portraits et dans la peinture religieuse.
 
Musée des Collections d’Art contient des objets d’art très précieux de la peinture roumaine et étrangère des icônes sur verre, des dessins, des gravures, des sculptures en bois et en ivoire, des céramiques provenant de différents pays.
 
Le Musée National Cotroceni possède des collections d’ancien art décoratif européen.
 
Le Musée du Paysan Roumain comprend beaucoup de pièces d’art populaire roumain et étranger. En 1996 le Conseil d’Europe l’a déclaré le meilleur musée de l’année.
 
Le Musée du Théâtre National (1942) fondé à l’initiative de l’écrivain Liviu Rebreanu, directeur du théâtre.
 
Le Musée des Pompiers abrité par Le Beffroi (Pavillon de feu) est une exposition de cartes, d’armes et d’outillages des unités des pompiers.
 
Le Musée "Cornel Medrea" comprend la grande partie des oeuvres du sculpteur (1888-1964). La collection offre une large vision sur la création de l’artiste.
 
Le Musée Mémorial "Constantin I. et Constantin C. Nottara" par les objets exposés illustre l’activité de l’acteur Constantin I. Nottara et du compositeur Constantin C. Nottara.
 
Monuments et statues
L’Arc de Triomphe (1935-1937) est un portail de pierre et de marbre (hauteur 37 m), érigé à l’honneur de la victoire remportée par l’armée roumaine dans la première guerre mondiale, réalisé d’après les projets de l’architecte Petre Antonescu. Les façades ont été décorées en style roumain avec la contribution d’artistes fameux comme : I. Jalea, C. Medrea, D. Paciurea.
 
Le Monument des Héros de la Patrie est formé par un groupe de statues qui représentent un aviateur, un marin et un fantassin. Il constitue un témoignage du patriotisme, du courage, de l’abnégation, et du dévouement avec lesquels les soldats roumains ont sacrifié leur vie pour la défense et la liberté de la patrie. Le monument est l’oeuvre commune des sculpteurs M. Butunoiu, I. Dămăceanu, Ionescu Tene.
 
La Statue Equestre de Mihai Viteazul (1874) sculptée par A. Carrier Belleuse et représente un des plus importants voïvods roumains (1593-1601) qui a conduit la lutte du peuple roumain contre la domination turque, qui a réussi à unir sous son gouvernement les trois principautés roumaines : La Moldavie, la Valachie et la Transylvanie.
 
La Statue du Connétable Mihai Cantacuzino, placée dans la cour de l’hôpital Colţea, dont il fut le fondateur. La première élevée fut réalisée en marbre de Carrara par K. Strock  entre 1865-1869.
 
La Statue de Constantin Brâncoveanu est une sculpture imposante réalisée par l’artiste Oscar Hahn (1939) à la mémoire de cette grande personnalité de la culture et prince régnant de la Valachie (1688-1714).
 
Monument de l’Air réalisé par le sculpteur F. L. Gove en 1937 et représente le globe terrestre soutenu par les ailes de quatre aigles, une composition artistique qui symbolise le vol aérien.
 
Monument des Héros de l’Air (1930-1935) réalisé par I. Fekete et Lidia Kotzebue ayant comme élément principal un Icare imposant avec les ailes largement ouvertes.
 
Le Monument des Pompiers, oeuvre du sculpteur W. Hegel dédié aux héros pompiers qui ont vaincu les troupes ottomannes qui voulaient étouffer la révolution de 1848.
 
Le Monument des Héros des Chemins de Fer réalisé par les sculpteurs C. Medrea, I. Jalea, érigé à l’honneur des travailleurs des chemins de fer qui ont participé à la première guerre mondiale.
 
Le Monument des Héros Français sculpté en marbre de Carrara par I. Jalea dédié à la mémoire des soldats français tombés sur la terre roumaine pendant la première guerre mondiale.
 
La Statue de Tudor Vladimirescu oeuvre du sculpteur Teodor Bulca représente la personnalité conductrice de la révolution de 1821. La statue le représente en tenant dans une main un sabre et dans l’autre le drapeau de la patrie.
 
La Statue de Mihail Kogălniceanu executé par Oscar Hahn en 1936 et représente l’illustre politicien, historien et écrivain.
 
La Statue de Ion Heliade Rădulescu, oeuvre de l’artiste italien Ettore Ferrari représente ce grand homme de lettres et politicien dans l’attitude typique des orateurs.
 
La Statue de Gheorghe Lazăr est réalisée par l’artiste I. Georgescu et évoque la figure du grand homme de lettres illuministe (1779-1823).
 
La Statue de Carol Davilla sculpture réalisée par K. Storck représente le fondateur de l’enseignement supérieur de la médicine en Roumanie.
 
La Statue de Mademoiselle Bălaşa, création artistique de K. Storck qui représente la fille du grand voïvod Constantin Brâncoveanu.
 
Endroits d’agrément
Le parc Cişmigiu, situé dans le centre de la capitale est le plus ancien et plus beau parc de Bucarest.( 17 hectares). Les travaux d’aménagement ont commencé sous la direction de l’architecte viennois F. Meyer. Il comprend un vaste jardin à la française à l’ouest, le Rondeau des Ecrivains et le Rondeau Roumain, un jardin de rose au Nord, trois lacs dont le plus grand possède une île, un débarcadère d’où l’on peut louer des barques. La floraison échelonnée de la végétation, la pallette variée des couleurs, l’air frais en été rendent le parc Cişmigiu l’endroit le plus chéri des bucarestois.
 
Le Parc Herăstrău situé sur les rives du lac Herăstrău fut aménagé entre 1936-1939 et possède une végétation d’arbres très riche de saules, peupliers, platanes, frênes et tilleuls. L’exposition florale, les allées, les kiosques, les statues des personnalités remarquables de la culture nationale et universelle, les restaurants, les terrasses et les piscines augmentent le charme du parc. Le lac Herăstrău a une étendue de 77 hectares est constitue un lieu d’agrément, de sport nautique et navigation étant doté de chaloupes, hydro-vélos et bâteaux.
 
Le parc Carol, créé au début du XXe siècle s’étend sur 36 hectares aux pieds de la colline Filaret. Le parc a un aspect mélangé, plurifonctionnel mais le côté paysage est dominant. Il est intéressant de voir la Fontaine du Zodiac, la grotte artifielle, les „ruines historiques”, les allées à l’ombre des vieux peupliers, les „Arènes Romaines”, où il y a des spectacles qui attirent des nombreux visiteurs. Le lac s’étend sur deux hectares, il est destiné à l’agrément étant doté avec un débarcadère.
 
Le Parc de la Jeunesse, situé dans la partie Sud-Est de la capitale, a comme attraction principale la Cité des Enfants. Le Lac de la Jeunesse est aménagé avec un débarcadère pour les bâteaux à rames.
 
Le jardin botanique s’étend sur 17 hectares, les premières serres datent de 1891. Là, on peut visiter le secteur avec des plantes ornementales (plantes indigènes, magnolias, cerisiers japonais), le secteur des plantes rares de la flore roumaine et méditerranéenne, et le jardin italien, son bassin central avec des nénuphares, la partie qui présente la flore de la Dobrodgea, ainsi que les serres, la chaîne carpathique en miniature et le jardin des roses avec plus de 200 espèces de roses.
 
Le Lac Balta Albă situé dans le quartier Titan, entouré par le parc Balta Albă de 26 hectares, est destiné exclusivement pour l’agrément étant doté avec un débarcadère pour les bâteaux à rames.
 
Le Lac Străuleşti dans le Nord-Ouest de Bucarest (33 hectares), sur ses rives il y a des piscines avec débarcadères, terrain de sport, restaurant.
what's nearby
Rechercher à proximité
  • hébergement
  • gastronomie
  • services
  • attraction
  • événements

EXPERIENCE DES TOURISTES

Ils ont été ici: 0 As-tu été ici?
Ils veulent y revenir: 0 Es-que tu veux y revenir?
Ils veulent y arriver: 0 Es-que tu veux y arriver?
La location est préférée par: 0 Tu aimes la location?
IMPRESSIONS NÉGATIVES (0) IMPRESSIONS POSITIVES (0) TOURIST PHOTOS
Pas d’impressions ajoutées.

Sois tu le premier qui écrit.
Cette section présente strictement les opinions et les pareilles des utilisateurs du site publiées à la demande et avec leurs accord. Tourist Informator fait tout le possible pour éliminer les messages diffamateur, calomnieuses ou offenseuses et il ne peut pas être fait responsable pour le contenu de cette section.
Cet objectif n’a pas été voté. Sois le premier qui le vote!
Ton vote: -
Ajouter l’impression, l’opinion, ta pareille sur la location. Le change d’expérience aide aussi autres voyageurs pour meilleur choisir. Nous vous remercions.
Ajouter nouvelle impression
Vous devez être authentifiés pour ajouter impressions.
lorem ipsum

loading ...